Mes achats de livres sont pour la grande majorité des achats impulsifs, je fonctionne au coup de cœur: au titre, à l’histoire, au nom de l’écrivain et à la couverture.

Pour « Demain j’arrête » c’est exactement ce qui s’est passé, je connaissais l’auteur et l’ensemble de ses succès mais n’avais aucune idée de son univers, j’avais toujours été très intriguée par la couverture de ses livres qui posent déjà le décor.

Et ce titre, je l’adore, combien de fois dans ma vie je me suis entendue dire demain j’arrête…de multitudes de choses que je n’arrête jamais de faire finalement, on est comme on est alors si nous arrêtions tout simplement de nous infliger des bonnes conduites qui ne sont pas les nôtres tout irait beaucoup mieux!

J’ai adoré ce livre pour une seule et véritable (plusieurs en fait): il est dingue (un peu comme moi), il est drôle, je n’ai jamais autant ri en lisant un livre, le genre de rire nerveux incontrôlable mais qui vous fait un bien fou.

Julie, l’héroïne du livre, a la trentaine ,une bonne bande de potes, un boulot déprimant et une obsession maladive pour son nouveau voisin. Tout au long du livre elle trouvera les clés de son bonheur quitte à prendre les risques les plus dingues. Nous avons tous une Julie en nous, j’ai pris des risques tout aussi incroyables en amour mais aussi dans ma carrière professionnelle, les risques nous font grandir, parfois chuter aussi mais pour mieux rebondir, la routine et la monotonie c’est la mort de tout! Alors je prône la Julie attitude « Je sais que les choses sont rarement comme elles devraient l’être, mais je crois du plus profond de mon âme qu’à nous tous, on doit pouvoir survivre à cette chienne de vie. Portez vous bien. Aimez. Risquez. Ne renoncez jamais. Affectueusement. Julie »

J’ai été aussi très surprise qu’un écrivain puisse aussi bien écrire en étant dans la peau d’une femme (Bravo Gilles!), j’ai été emportée par ses remerciements de fin, il précise d’où lui vient l’amour des mots, ils remercient toutes les femmes de sa vie et surtout il souligne l’une des expressions que son père prenait plaisir à lui dire « Les hommes sont stupides et les femmes sont folles, mais lorsqu’ils se rencontrent, cela donne parfois des choses très belles » n’est elle pas notre vérité à tous?

Courez acheter ce livre mes petits azimutés, c’est tout ce qui vous faut pour affronter le gris et la froideur de l’hiver!

Bon faux dimanche 🙂

Sans titre

IMG_0569

IMG_0601