Je viens de refermer le livre « mémé » de Philippe Torreton, mon cœur d’enfant a été envahi de tendresse et de nostalgie.

J’aime ce genre de livre qui vous prend par la main, j’aime surtout celui-ci car il a su me ramener là où j’ai toujours plaisir à être : dans le flou de mes souvenirs d’enfance.

J’ai découvert l’un des plus beaux hymnes à l’amour qu’il puisse être donné de faire à sa mémé.

Sa grand-mère c’est un peu la mienne : toujours en pleine forme et de bonne volonté malgré ses nombreux problèmes de santé, toujours bienveillante avec mon époque même si  celle-ci la dépasse un peu, toujours la première à me gâter et à m’encourager.

Mais ma grand-mère je l’aime surtout parce qu’elle est entière, sincère avec un sacré caractère ! C’est une battante, une femme volontaire et une femme courageuse !

Quand j’ai un coup au moral ou un bobo, j’appelle toujours ma grand-mère car je sais qu’elle trouve toujours un remède à tous les maux passagers, avec le temps je me rends compte que le remède c’est sa voix et sa façon bien à elle de me dire, ne t’inquiète pas ça passera, il y a des choses plus graves !

J’aime la cuisine de ma grand-mère, j’ai appris à cuisiner en la regardant faire, j’aime sa volonté d’unir sa famille, de panser les tensions et de s’amuser du temps qui passe.

J’aime aussi sa façon à elle de rester connectée à son époque, une mémé de 83 ans qui s’achète un téléphone tactile et qui vous envoie des messages, c’est pas commun je vous assure, je suis si fière d’elle.

Dans le livre, l’auteur précise qu’on ne repart jamais les mains vides de chez ses mamies, il a bien raison, j’ai profité du jeudi férié pour passer du temps avec mes grands parents, j’ai parlé à ma grand-mère du livre en lui disant que j’avais pleuré en le lisant à tel point il me faisait penser à elle, à mes souvenirs d’enfance, toute émue elle cherchait encore à me consoler : je n’étais pas triste juste consciente de la chance que j’avais de l’avoir à mes côtés depuis presque 30 ans.

A la fin du repas je suis repartie avec 6 tasses et 6 flutes à champagne, avec cette excuse nouvelle de me dire qu’elle en a bien trop chez elle et que nous en aurons surement besoin avant ou après notre mariage ! J’ai vu que si je ne les prenais pas elle aurait été attristée, le seul fait de les savoir chez nous la rendrait heureuse.

Nos mémés sont des trésors d’humanité, les trésors sont rares et précieux il ne faut jamais oublier de les choyer !

Philippe Torreton donne dans le livre une définition bien juste de nos mémés : une mémé c’est un mélange d’ancien temps et de constance, je ne sais pas vous mais moi ça me parle.

Je vous quitte comme bien souvent en photos et en musique…..et surtout lisez ce livre, c’est une pure merveille!

Bon dimanche

1

2

3

4

5